Burkini, Siscothèque et ronds de chapeau

Avertissement : l’auteur de ces lignes n’est absolument pas certain de partager avec lui-même les opinions qu’il émet ici.

***

SARKOZY : « LES BARBARES NOUS ATTAQUENT » PARCE QU’ILS « CROIENT QUE NOUS SOMMES FAIBLES » (LE FIGARO)

Non, ces barbares, comme tu dis, ne nous attaquent pas parce qu’ils pensent que nous sommes tous faibles mais parce qu’ils sont à peu près certains que nos politiciens, eux, le sont. Tu la sens ma nuance, ducon ?

***

ADAMA TRAORÉ AVAIT CONSOMMÉ DU CANNABIS AVANT SA MORT (LE POINT)

« Le procureur assure que le jeune homme décédé lors de son interpellation avait pris de la drogue, contredisant les déclarations de l’avocat de la famille. »
On se contrefout que ce que peuvent déclarer l’un et l’autre, le premier pour salir Adama et le second pour tenter d’en faire le garçon admirable qu’il n’était certainement pas : tout le monde, eux compris, sait très bien que ce n’est pas un joint qui l’a tué. Point barre. Fin de la polémique sur le cannabis. Que le procureur, qui devrait m’être redevable de l’avoir arraché à une inutile masturbation, se concentre maintenant sur ce qui compte vraiment, à savoir sur les raisons de la mort d’Adama : problème de santé, violences policières ou problème de santé aggravé par des violences policières. On paye les procureurs pour qu’ils cherchent et trouvent et non pour qu’ils se jettent sur le premier micro venu, tels des pipoles à l’entrejambe humide.

***

LE MAIRE DE CANNES INTERDIT LE BURKINI SUR LES PLAGES (NICE MATIN)

Juste une question de Candide : Si l’on accepte aujourd’hui le burkini, qui n’est ni plus ni moins qu’une burqa de plage, ne devra-ton pas à plus ou moins long terme accepter la burqa, qui n’est plus ni moins qu’un burkini de ville ?

Disparition_Bushra_Almutawakel_2009

***

« UN VÊTEMENT COMME LES AUTRES » – EDWY PLENEL (LES CARNETS LIBRES D’EDWY PLENEL – MEDIAPART)

Un texte absolument magnifique dans lequel Edwy Plenel défend bec et ongles, et en usant d’un vocabulaire somptueux, le droit inaliénable de toutes les musulmanes à se complaire, tout en se croyant libres de leur choix, dans une régression voulue et codifiée par des hommes qui, eux, entretiennent des rapports plutôt compliqués avec leur bite. Loin de moi l’idée de vouloir le bâillonner mais il serait peut-être souhaitable qu’Edwy cesse de défendre le rigorisme islamique avant d’avoir fait trop de mal aux musulman(e)s en mal d’émancipation. De toute façon, il existe une expérience très simple à mener pour savoir si le burkini, le jilbab, la burqa et le niqab sont des vêtements « comme les autres » : demander aux hommes de les porter et voir combien de temps ils supportent de protéger ainsi leur pudeur.

Burkini_Oum

[Si vous avez le temps de ne lire qu’un seul article sur le burkini, optez pour celui d’Aziz Benyahia dans Algérie Focus : Dieu, le niqab et la burka. Si jamais vous disposez de 5 minutes de plus et désirez savoir où en est l’Algérie sur cette question, vous pourrez également vous pencher sur un autre article du même journaliste, dans le même journal : Du bikini au burkini, les Algériennes racontées par leurs maillots de bain]

***

CORSE : QUE S’EST-IL VRAIMENT PASSÉ À SISCO ? LES ZONES D’OMBRE DE LA RIXE (L’OBS)

La toute première zone d’ombre, à mon avis, c’est qu’il n’y ait nulle part sur le net la moindre vidéo amateur de l’incident (avant l’incendie des voitures en toute fin de soirée) malgré la présence sur les lieux de dizaines de Corses armés de smartphones et d’iPhones. De là à croire que des images pourraient, au moins en partie, infirmer la version apocalyptique que tentent de nous vendre la presse et les héroïques locaux…

Il m’a fallu un bon moment pour trouver des images des musulmanes présentes sur la plage de Sisco mais j’ai fini par dégotter une vidéo d’iTELE dans laquelle on les entraperçoit deux ou trois petites secondes. Loin d’être les « oblitérées » que laissaient supposer les témoignages de ces îliens que les patriotes du continent se sont empressés de promouvoir au rang de héros magnifiques de la République, elles m’ont donné l’impression d’être des femmes relativement normales : deux d’entre elles, veste en jean ou haut sans manches, allaient tête nue, cheveux au vent, et la troisième portait un foulard noir en tous points identiques à ceux qu’arboraient toutes les femmes corses aux temps pas si lointains où elles n’avaient d’autre droit que celui de fermer leur gueule dès que les hommes ouvraient la leur. Sur cette vidéo, j’ai également vu les très jeunes enfants terrifiés de ces femmes et un gros con de Corse asséner un énorme coup de poing à un Maghrébin allongé sur une civière de pompier, geste dans lequel je n’ai pas réussi à discerner le moindre héroïsme ni la plus petite parcelle de cet honneur dont les Corses ne cessent de se vanter.

Je suis prêt à parier que, lorsque les flics et la justice auront enfin fait le tri entre les faits et les affabulations, nous découvrirons qu’il n’y eut jamais ni machette, ni hachette, ni marteau, ni Allah u Akbar, ni peut-être même un seul burkini mais seulement des mâles maghrébins et corses complètement abrutis par la testostérone, des clébards féroces des deux côtés, les premiers ayant voulu aboyer et mordre sur une plage où ils auraient mieux fait de garder la queue entre les pattes et les seconds ayant tenté de lyncher les premiers afin de leur apprendre ce qu’il en peut en coûter de pisser sur un territoire qui n’est pas le vôtre. Finalement, cet incident, dramatisé à l’excès, exagéré jusqu’à l’outrance, n’a qu’un seul intérêt : révéler à quel point certains sont proches de la rupture.

***

À AUBERVILLIERS, LA COLÈRE SOURDE DE LA COMMUNAUTÉ CHINOISE (LE MONDE)

Les Chinois, ordinairement mesurés et endurants (ordinairement si mesurés et endurants que d’aucuns pourraient être tentés de confondre leur retenue et leur résilience avec de la faiblesse), menacent désormais de se faire « justice eux-mêmes » si l’État ne met pas dans les plus brefs délais un terme aux agressions racistes et/ou crapuleuses qu’ils subissent quotidiennement de la part de voyous d’origine africaine en général et maghrébine en particulier* (on parle d’une vingtaine d’agressions par jour dans et autour de Paris). Sur les réseaux sociaux et dans les forums, dans un climat déjà passablement alourdi par des actes terroristes commis par des fous de la même origine ethnique, même son de cloche : les gens sont exaspérés, la colère monte, la haine se répand, le racisme se diffuse à la vitesse d’un feu de végétation et les appels à la vengeance sont de moins en moins voilés, de plus en plus pressants. La fureur est telle à l’égard de la « racaille » que, même sur des sites destinés à un lectorat africain ou d’origine africaine (mais pourquoi en serait-il autrement ?), on réclame aussi, dans des termes qui ne souffrent aucune ambiguïté, que la République que l’on ne cesse de pompeusement vanter à longueur de discours fasse respecter les lois existantes et un semblant de sécurité pour tous. Autrement dit, qu’ils soient blancs, jaunes, noirs, gris, verts, bleus ou aux couleurs de l’arc-en-ciel, les Français apparaissent, dans leur très vaste majorité, d’accord sur la nature de la maladie et les remèdes qu’il conviendrait d’appliquer. Pourtant, malgré la quasi-unanimité de cette société plurielle, je pressens déjà qu’il ne se passera strictement rien qui puisse faire pencher la balance dans le bon sens, tant les premiers concernés semblent figés, impuissants : les parents, dont on ne sait plus s’ils ont démissionné ou si leurs rejetons les ont licenciés, ont perdu depuis longtemps le contrôle de leurs enfants terribles ou sont aveugles à leurs dérives. Quant à l’État, qui semble aussi perdu qu’une poule devant une Playstation, il va persévérer dans l’application de mercurochrome pour tenter en vain de stopper la septicémie (si vous en doutez, il vous suffira de lire le communiqué publié par la préfecture de Seine-Saint-Denis suite au meurtre d’un Chinois qui n’avait rien demandé par trois de ces délinquants arabes ou noirs qui croient que tout leur est dû : « nous souhaitons préparer un travail, ensemble, pour faire mieux connaître la communauté chinoise. »). À force de refuser de mettre des mots précis sur des maux précis et de prendre les mesures que tout le monde semble réclamer indépendamment de son origine (et que tous devraient déjà mettre en œuvre au sein de leur famille, de leur voisinage ou de leurs cercles, sans attendre après un État qui est loin d’être tout puissant et sur lequel il est un peu trop facile de rejeter toutes les responsabilités), c’est toute la communauté d’origine africaine, déjà soupçonnée par beaucoup de sympathies pour le djihadisme, qui va bientôt méchamment trinquer pour les cliques de brutes primitives qui résident en son sein ou à sa marge. Enfin, disons plutôt que la communauté d’origine africaine trinquera violemment en premier. Car il ne fait guère de doute dans mon esprit que, sous une forme ou sous une autre, l’extrême-droite, qui surfe aussi adroitement sur la vague de la délinquance galopante que sur celle du terrorisme, finira tôt ou tard par rafler la mise et par faire chier des ronds de chapeau à l’ensemble du pays. Sans pour autant améliorer la situation.

* La presse chinoise, contrairement à la presse française, n’a aucune pudeur à révéler l’origine ethnique des agresseurs. À noter aussi que la Chine, qui commence à en avoir plein le cul de ces attaques récurrentes et dûment planifiées contre ses ressortissants (une centaine en 6 mois rien qu’à Aubervilliers), a demandé à son ambassadeur d’aller quérir des explications auprès des autorités françaises (curieusement, il n’y a aucune mention de cela dans la presse française).

***

FAITS DIVERS. DEUX FEMMES BLESSÉES LORS D’UN LÂCHER DE TAUREAUX (LE DAUPHINÉ LIBÉRÉ)

Rien de spécial à dire sur ce fait divers mais j’ai pensé qu’à ce stade la revue de la presse, vous auriez peut-être besoin de rigoler un bon coup.

***

LA CORSE EN TÈTE DES ACTES ANTI-MUSULMANS EN FRANCE (LE MONDE)

Les Corses, qui détiennent des tas de records, sont également en tête des actes anti-français en Corse. Loin devant les musulmans. Avec qui ils partagent cependant un point commun : leurs manifs manquent sérieusement de nibards.

Corse

***

MGR BARBARIN APPELLE À PRIER POUR UNE FRANCE MEURTRIE PAR TANT DE SOUFFRANCES (LE FIGARO)

Ne faites surtout rien de ce que préconise ce Barbarin-là ! La dernière chose à faire quand on souffre d’un empoisonnement à l’arsenic, croyez-moi sur parole, c’est d’avaler du curare. De toute façon, un mec qui porte une espèce de robe recouvrant la totalité de son corps alors que, même en string, il n’y a pas la moindre chance qu’il excite sexuellement qui ou quoi que ce soit, y compris un salafiste au poireau engorgé, est forcément très douteux. En plus d’être carrément présomptueux.

***

LE PÈRE JACQUES HAMEL, ÉGORGÉ À SAINT-ÉTIENNE-DU-ROUVRAY, PEUT DEVENIR UN SAINT MARTYR DE L’ÉGLISE SELON MGR LEBRUN (PARIS NORMANDIE)

Le père Hamel n’est sous terre que depuis quelques jours que les cathos réfléchissent déjà à la manière dont ils vont pouvoir utiliser sa mort pour booster les ventes de leurs produits dématérialisés. Putain, ces mecs-là n’ont pas plus de morale et de décence que les héritiers de Michael Jackson.

***

VIOLENCE ANTI-ASIATIQUE : OÙ SONT PASSÉS LES ANTIRACISTES ? (LE FIGARO)

Ils en sont encore certainement à se demander s’il est politiquement correct, dans un pays où l’on compte tant d’animaux de compagnie, de prendre la défense d’une victime chinoise qui, de son vivant, exerçait la profession de cuisinier.

***

Vous avez aimé le burkini ? Vous allez adorer le « jilbab de bain », un autre de ces « vêtements comme les autres »…

Jilbab de bain

Z'avez un truc à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s